Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Assemblée générale de L'Union Locale CFE-CGC de Valenciennes

Publié le par UL Valenciennes

 

Dernier Rappel

 

 

 

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

 

La confédération CFE-CGC, conformément à ses statuts va procéder au renouvellement de l'ensemble de ses instances

 

C'est dans ce cadre que la prochaine Assemblée Générale de l'Union Locale de Valenciennes aura lieu ce :

 

 

Jeudi 6 décembre 2012 à 17 heures

Salle des Associations

Rue des Ecoles

59111 Hordain

 

Tous les adhérent(e)s CFE-CGC du secteur géographique de Valenciennes y sont cordialement invités..

 

Nous espérons que vous répondrez favorablement à cette invitation.

 

En cas d'empêchement, il nous serait agréable que vous rédigiez un pouvoir  afin d'y être représenté(e)

 

Invitation, bulletin de participation et pouvoir

 


Publié dans Vie de l'Union Locale

Partager cet article

Repost 0

Justice Sociale, Capital, Travail, Epargne, Usure

Publié le par UL Valenciennes

 

Extrait d'un livre de René de LA TOUR DU PIN (1887)

 

N'est-ce pas toujours d'actualité ?

 

Une partie de la nation vivant de rentes ou de spéculations, c’est-à-dire de l’une des formes de l’Usure, n’a pas besoin de travailler pour vivre, puisque le travail d’autrui fournit à sa consommation. Cette portion de la société va toujours en augmentant, ou du moins son budget et par suite ses consommations, parce qu’elle reçoit de la société une plus grande part de services qu’elle n’en rénumère; elle paie sans doute ses consommations individuelles, mais les services sociaux, qui coûtent fort cher, sont rémunérés par elle dans une beaucoup plus faible proportion que par les classes laborieuses, qui paient complètement l’impôt, la patente, les droits indirects. Il lui est donc plus aisé d’épargner, et il suffit qu’elle replace son épargne pour la grossir indéfiniment sans en prendre aucun souci. Que telle maison de finance qui a, dit-on, cent millions de revenus, en épargne annuellement cinquante placés à intérêts composés, même faibles, et l’on voit tout de suite que la pompe, aspirant le double de ce qu’elle refoule, peut attirer dans ses réservoirs presque toute l’eau disponible et épuiser le reste de la nation.

Mais à mesure que l’épargne devient plus facile aux uns, elle devient plus difficile aux autres, puisqu’il faut qu’ils fournissent à cette épargne avant que de songer à la leur. L’épargne des financiers d’une part, et d’autre part le labeur des producteurs qui doivent fournir et à cette épargne et à la consommation générale, croissent parallèlement. La société tend ainsi à se décomposer en deux classes, dont l’une, de plus ne plus opulente, se forme et vit aux dépens de l’autre, de plus en plus misérable. L’Usure, après avoir diminué les forces de la production des richesses, jette donc une grave perturbation dans les lois naturelles de leur distribution, et porte ainsi à la paix sociale un préjudice plus grave encore qu’à la prospérité nationale.


Les effets du mal vont en croissant selon une progression arithmétique s’il s’agit de l’épargne, c’est-à-dire de l’accroissement de fortune des rentiers, et selon une progression géométrique s’il s’agit de l’épuisement des producteurs. Ceux-ci n’ont dès lors qu’une préoccupation, afin de pouvoir prolonger une lutte dont l’issue est fatale, c’est celle de diminuer les frais de la production, entre autres le salaire de la main-d’oeuvre, en lui demandant à leur tour un maximum de travail en échange d’un minimum de rémunération .

 

D’où il suit qu’au merveilleux développement de l’outillage et au perfectionnement des procédés ne correspond nullement un accroissement proportionnel du bien-être des ouvriers, des cultivateurs, des petites gens qui ne peuvent faire l’Usure, mais aux dépens de qui elle se fait. Tout est relatif, ou du moins devrait l’être, mais en est bien loin si l’on compare entre eux les progrès réalisés dans les diverses classes et non pas si l’on se contente de les mesurer dans la même classe, comme on le fait communément.

 

Il est donc certain que le capital a bénéficié infiniment plus que le travail dans " le siècle de l’Usure ", et que l’état social actuel, étant d’une injustice croissante, ne pourra tenir à la longue, mais est destiné à se transformer sous une réforme du régime économique ou à être détruit par une révolution sociale ".

Publié dans Vie de l'Union Locale

Partager cet article

Repost 0

Le conseiller de salarié doit montrer patte blanche à l’entretien préalable

Publié le par UL Valenciennes

 

 

(Le blog pratique du froit du travail)

 

L’employeur qui envisage de licencier un salarié doit le convoquer, avant toute décision, à un entretien préalable (article L.1232-2 al.1er du code du travail).

L’assistance du salarié par un conseiller extérieur est possible lorsqu’il n’y a pas de représentants du personnel dans l’entreprise.

Quelles sont les règles applicables ?

Lorsqu’il y a des institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, le salarié peut se faire assister lors de cet entretien par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise.

Lorsqu’il n’y a pas d’institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, le salarié peut se faire assister soit par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise, soit par un conseiller du salarié choisi sur une liste dressée par l’autorité administrative (L.1232-4, R.1232-1).

 

Lire l'article

 

Note :  patte blanche, ne signifie pas patte sans griffes .....

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

Le «burn out», grand absent des maladies professionnelles (La Tribune)

Publié le par UL Valenciennes

Le syndrome d'épuisement professionnel, dit de «burn out» n'est toujours pas reconnu en France au titre des maladies professionnelles. Faute de statistiques mais aussi de méthodologie qui permettrait de déterminer la présence de facteurs dangereux pour la santé psychique des salariés. D'où l'urgence d'établir un langage commun autour du travail.

Au Japon le fameux et néanmoins tristement célèbre "karoshi", ou "mort par surmenage" de salariés se tuant littéralement à la tâche, est reconnu comme accident du travail depuis les années 70. En France, les cas de suicides au travail ont beau se multiplier et les salariés se «tuer» à la tâche pour surseoir aux exigences de productivité toujours plus intenses, le «burn out» n'est pas répertorié dans les maladies professionnelles.

Lire l'article

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

Centrale Eon d'Hornaing: le sort des salariés occupant le site décidé jeudi

Publié le par UL Valenciennes

Le tribunal de grande instance de Douai (Nord) se prononcera jeudi sur le sort de salariés de la centrale thermique Eon d'Hornaing, assignés par leur direction qui demande la fin de l'occupation du site menacé de fermeture.

L'ordonnance du tribunal sera rendue jeudi à 10h00.

La direction d'Eon France, filiale du numéro un allemand de l'énergie, a assigné en référé une partie des salariés afin d'obtenir la fin de l'occupation de la centrale. Celle-ci a commencé fin septembre pour protester contre la fermeture annoncée du site.

Lire la suite

Publié dans Information locale

Partager cet article

Repost 0

Lettre Informations Juridiques du cabinet Action Conseils à Valenciennes

Publié le par UL Valenciennes

Au sommaire

 

• Le licenciement sans sommation est-il possible?


• Harcèlement moral et indemnisation du salarié victime


• Indivision et droit de vote aux assemblées dans les sociétés par actions


• L'ordinateur du demandeur d'emploi n'est pas saisissable


• L'obligation d'informer l'employeur de la protection liée à un mandat extérieur à l'entreprise

 

Pour accéder à la newsletter

 

Pour accéder au site du cabinet Action Conseils

Publié dans Information locale

Partager cet article

Repost 0

Une rupture conventionnelle peut dissimuler un licenciement. Par Franc Muller, Avocat. (Village Justice)

Publié le par UL Valenciennes

La rupture conventionnelle rencontre un vif succès depuis son instauration par la loi du 25 juin 2008, il s’en conclurait plus de 20 000 par mois selon les chiffres publiés par le ministère du travail, et le rythme va crescendo. La plus grande vigilance s’impose.

 

Ce dispositif permet, comme on le sait, à l’employeur et au salarié de convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie (article L 1237-11 C.Trav).


Concrètement, l’expérience montre que certains employeurs indélicats utilisent volontiers ce mode de rupture dans le but de se séparer de salariés, car ils y trouvent plus d’avantages qu’au licenciement, notamment en raison de la souplesse qui leur est offerte et de l’absence de nécessité d’invoquer un motif.

 

Lire l'article

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

Port d'un piercing et activité professionnelle Par AtouSante.com

Publié le par UL Valenciennes

Le port d'un piercing au travail a fait l'objet de plusieurs jurisprudences, les décisions rendues par les juges varient en fonction du poste de travail occupé mais également du contexte de travail.

 

Un salarié est normalement libre de porter un bijou dans le cadre de son travail mais l'employeur peut considérer que le port du bijou est incompatible avec le travail à accomplir, notamment pour des raisons de sécurité ou d'image de l'entreprise, notamment pour un salarié en contact avec la clientèle. Le port d'un bijou ne doit pas nuire à l'image de l'entreprise.

Lire l'article

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

Peut-on être licencié à cause d'un tatouage ? par par Yves Nicol, avocat Lyon

Publié le par UL Valenciennes

 

 

L'employeur peut-il refuser d'embaucher une personne à cause d'un tatouage ?

 

Une fois le salarié embauché, doit-il informer son employeur de l'existence de ce tatouage ?

 

L'employeur peut-il licencier ou de demander au salarié de cacher ce tatouage ?

 

Voir les réponses

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

Quelle assiette prendre en compte pour le calcul des budgets du CE? (WK-RH)

Publié le par UL Valenciennes

Pour exercer ses prérogatives d’ordre économique et professionnel, le CE dispose d’un budget de fonctionnement et, pour la gestion de ses ASC, d’une autre contribution, les deux étant versées par l’employeur.

 

Elles se calculent en référence à la « masse salariale ». Mais quelles sommes intégrer dans cette assiette ? Et plus particulièrement, faut-il inclure les sommes versées dans le cadre d’un PSE ?

 

Lire l'article

 

Voir aussi

Le changement d'assiette du calcul des budgets du CE a priori plus favorable aux salariés Par Sécafi

Passée en partie inaperçue au printemps dernier, une jurisprudence de la Chambre sociale de la Cour de cassation devient pleinement d'actualité en cette période de clôture des comptes 2011. Cette arrêt, qui réaffirme les modalités de calcul des budgets versés aux comités d'entreprise, précise sans équivoque en quoi consiste « le montant global des salaires » sur lequel est assis le budget de fonctionnement du CE (le fameux « 0,2% »). Par extension, cet arrêt doit s'appliquer au calcul du budget des activités sociales et culturelles. L'assiette à prendre en considération est nommée pour la première fois par la Cour de cassation : il s'agit du compte 641, c’est-à-dire le compte de la balance comptable qui enregistre les rémunérations du personnel. Cette mise au point devrait mettre fin à des décennies de pratiques différentes, pour lesquelles la notion de montant global des salaires était en règle générale interprétée comme « déclaration annuelle sur les salaires » (DADS).

 

Lire l'article

Publié dans Information nationale

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>