Le climat social se dégrade... en Allemagne (Le MONDE ECONOMIQUE)

Publié le par UL Valenciennes

Par Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS, Ecole d'économie de Paris

 

Exigeants, les employeurs allemands ne pourvoient pas les postes, laissant vacants un stock d'environ un million d'emplois. Cette insuffisance d'effectifs accroît la pression sur le devenir individuel de chaque salarié.


Les réformes Hartz-Schröder, tant vantées par nombre de patrons français et une partie des économistes depuis leur tour d'ivoire, ont généré en quelques années précarité et pauvreté laborieuses ; certes, ces mesures ne touchent qu'une (grosse) minorité des travailleurs, mais elles engendrent une peur massive malgré le déclin du chômage.


Longtemps présentée, par ceux-là mêmes qui louent la nouvelle Allemagne, comme un mal français typique et une preuve de la toxicité des institutions hexagonales, la peur de la dégradation sociale en cas de perte d'emploi a gagné l'Allemagne.

Lire l'article

Publié dans Information nationale

Commenter cet article