Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

134 articles avec information confederale ou federale

COMMUNIQUE DE PRESSE

Publié le par UL Valenciennes

LA CFE-CGC EXIGE L’EVOLUTION DU PROJET DE LOI EL KHOMRI

La nouvelle version du projet de loi n’est pas acceptable en l’état par la CFE-CGC car elle précarise toujours l’ensemble des salariés, encadrement y compris.

La CFE-CGC exige que le projet de loi évolue sur les questions de licenciements économiques avec la prise en compte du périmètre européen et pas uniquement français, plus la clarification des critères.

Nous demandons aux députés de supprimer la notion d’accords offensifs dans les entreprises.

De même, la CFE-CGC dénonce un déni de démocratie au travers du referendum d’entreprise qui doit être retiré purement et simplement du texte de loi.

En ce qui concerne la médecine du travail, il faut conserver une médecine préventive et non pas sécuritaire comme le propose le projet EL KHOMRI.

La CFE-CGC et l’ensemble de ses fédérations sont déterminées à peser sur les débats parlementaires. Nous demandons aux députés et sénateurs d'apporter au projet de loi EL KHOMRI des améliorations afin de le rééquilibrer et nous allons proposer des amendements dans ce sens aux différents groupes dans les jours à venir.

La CFE-CGC ne participera pas à la manifestation du 31 mars prochain pour le retrait de la loi EL KHOMRI.

Nous préférons appeler à un large rassemblement à proximité de l'Assemblée Nationale lorsque le débat sur le projet de loi démarrera afin de peser et de faire bouger ce projet de loi, qui en l ‘état est inacceptable pour nous.

Carole COUVERT

Présidente de la CFE-CGC & membre du bureau du CESE

06.16.26.59.43

carole.couvert@cfecgc.fr

Retrouvez-moi sur Twitter et Facebook !

Partager cet article

Repost 0

La CFE-CGC ne signera pas le Pacte de responsabilité

Publié le par UL Valenciennes

 

 

La CFE-CGC ne signera pas le Pacte de responsabilité

 

Le Pacte de responsabilité reposait sur un contrat de confiance entre le patronat et les syndicats de salariés. Il reconnaissait la nécessité d’un effort partagé entre les entreprises et les salariés pour retrouver le chemin de la croissance.

 

Mais le patronat a brisé cette confiance en imposant ses vues dans l’accord sur le financement de l’assurance chômage : cette réforme se fait aux dépens des classes moyennes, des techniciens, des agents de maîtrise, des cadres et des ingénieurs. Le contrat de confiance est donc rompu. C’est une véritable trahison du patronat.

 

Le fait de porter le délai de carence de 75 à 180 jours maximum avant de pouvoir toucher une allocation chômage est totalement inacceptable : c’est faire des économies sur le dos des cadres et des agents de maîtrise ! L’indemnisation de rupture de licenciement est là pour compenser un préjudice et non pour suppléer les carences de l’assurance chômage. La CFE-CGC dénonce cette iniquité au cœur de la société française, ces petits arrangements entre amis conclus lors de cette négociation, notamment via la collusion entre le MEDEF et la CFDT pour imposer les droits rechargeables qui vont un peu plus précariser les contrats courts et, in fine, coûter plus cher à l’assurance chômage au préjudice des classes moyennes.

 

La solution de bon sens était, notamment, de surtaxer les CDD qui génèrent 5,5 milliards de déficit par an. Une mesure balayée par le patronat ! Le MEDEF a voulu le beurre via les allégements de charges et l’argent du beurre avec une réforme de l’assurance chômage financée par les classes moyennes. La CFE-CGC refuse d’attendre que le MEDEF demande la crémière. Elle prend acte du comportement du patronat et ne signe donc ni l’accord d’assurance chômage ni le relevé de décisions du Pacte de responsabilité.

 

Elle participera bien aux négociations annoncées dans les branches pour l’emploi ainsi qu’aux négociations prévues avec le gouvernement sur la fiscalité avec la volonté de tirer la sonnette d’alarme. Le gouvernement et le président de la République devront l’entendre ! Ils doivent passer aux actes en faveur du pouvoir d’achat des classes moyennes grâce à une fiscalité en baisse pour les ménages et une fiscalité plus incitative sur l’intéressement et la participation.

 

La CFE-CGC, le seul syndicat qui se bat pour le pouvoir d’achat des classes moyennes !

Partager cet article

Repost 0

Droit social : de quelques chausse-trappes méconnues par les entreprises (Les Echos)

Publié le par UL Valenciennes

Au menu de cet article :

 

Documents de travail non traduits en français  = 580.000 euros d’astreinte


Notice d’information prévoyance non transmise = 80.000 euros de dommages et intérêts


Incapacité permanente non contestée = 50.000 euros de cotisations supplémentaires


Clause contractuelle forfait jour erronée = 73.000 euros de rappel d'heures supplémentaires

 

Pour accéder à l'article

Partager cet article

Repost 0

Mobilisation pour la REDOUTE

Publié le par UL Valenciennes

IMPORTANT

Je vous vous rappelle la manifestation de soutien aux salariés de la REDOUTE du Vendredi 13 décembre 2013 à 11 h
 

Départ de la rue Blanchemaille à Roubaix à pied.
 

Pour le retour, des bus sont prévus pour ramener les manifestants de la salle Amédée Prouvost à Wattrelos vers la rue Blanchemaille à Roubaix,

Soutenez massivement nos collègues de la Redoute.

Je compte sur vous très nombreux.

 

Raymond ANNALORO

Président de l’Union régionale CFE-CGC Nord Pas de Calais

Partager cet article

Repost 0

La CFE-CGC refuse que les classes moyennes et l'encadrement se fassent plumer

Publié le par UL Valenciennes

Le projet de budget 2014 fait porter l'essentiel de l'effort fiscal sur les épaules de la classe moyenne et en particulier sur les techniciens et l'encadrement. Ils sont confrontés à une véritable déferlante : baisse du plafond du quotient familial, fiscalisation des heures supplémentaires, gel du barème pendant deux ans, fin du crédit d’impôts pour frais de scolarité, fiscalisation de la part « employeur » de la mutuelle...

 

Le ras le bol est à son comble chez celles et ceux qui, par leur travail, leur formation, leur investissement professionnel sont le moteur de l’innovation et de la croissance. À quoi bon, si la récompense est une ponction fiscale confiscatoire et une baisse de pouvoir d’achat ? Baisse du pouvoir d’achat qui risque de se transformer en frein à la consommation, préjudiciable à la croissance de notre économie...

 

Les techniciens et l’encadrement sont conscients de la nécessité d'une solidarité indispensable à l'égard des plus défavorisés comme de la nécessaire compétitivité des entreprises. Pour autant, ils ne veulent pas être le "tiers état" du début du XXIe siècle et supporter l'essentiel du prélèvement fiscal ! La CFE-CGC porte leur exigence d'un coup d'arrêt à cette augmentation exponentielle des impôts.

 

 

Pour voir la vidéo "Les dindons de la farce"

 

http://www.cfecgc.org/actualite/economie-fiscalite/la-cfe-cgc-refuse-que-les-classes-moyennes-et-l-encadrement-se-fassent-plumer/

Partager cet article

Repost 0

Complémentaire Santé : la loi EVIN, trop peu connue des salariés, trop souvent éludée par les assureurs.

Publié le par UL Valenciennes

L’article 4 de la Loi Evin du 31 décembre 1989 dispose que le contrat collectif à adhésion obligatoire doit fixer les modalités selon lesquelles l’organisme s’engage à maintenir la couverture santé au profit des anciens salariés de l’entreprise.

 

Lire l'article

Partager cet article

Repost 0

Interview Danièle Karniewicz : pour un «pacte d’urgence» sur les retraites

Publié le par UL Valenciennes

Danièle Karniewicz : pour un «pacte d’urgence» sur les retraites 

« Ne sommes-nous pas en train de bâtir un système qui se dit solidaire, mais où les jeunes risquent de subir la triple peine : galère, poids du déficit... et allongement de la durée de cotisation ? »

 


Les faits - Danièle Karniewicz est l'ancienne présidente du conseil d'administration de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), le régime général de retraite qui couvre les salariés du privé. Elle est membre de la fédération chimie du syndicat CFE-CGC

 


La concertation sur les retraites vous semble mal engagée. Pourquoi?
L'exercice est contraint et les marges de manoeuvre réduites compte tenu du carcan des engagements de campagne présidentielle, qui brident les pistes de réflexion. Ainsi le relèvement de l'âge légal de la retraite est écarté d'office, au motif de ne pas toucher à ce totem, la retraite à 60 ans ayant été la ligne de combat des opposants à la réforme Sarkozy de 2010. Mais toute augmentation de durée de cotisation décalera d'autant l'âge effectif de sortie d'activité bien au-delà de 62 ans, de façon plus douloureuse pour les femmes et pour les plus jeunes. Mais le plus ennuyeux, en dehors des hypocrisies de présentation, c'est que ce levier ne permet pas de régler le déséquilibre des comptes.


Lire la suite de l'interview

 


Partager cet article

Repost 0

Mardi, la CFE-CGC est descendue en force à l’usine Sevelnord d’Hordain

Publié le par UL Valenciennes

La Voix du Nord

PUBLIÉ LE 02/07/2013

Un an après la signature de l’accord de compétitivité chez Sevelnord, dans la foulée de celui négocié à Renault et qui sert aujourd’hui de référence à celui qui sera appliqué au niveau du groupe PSA, une importante délégation de représentants de la CFE-CGC a rencontré, hier après-midi, la direction.

Mardi après-midi, les représentants du syndicat CFE-CGC ont rencontré la direction de Sevelnord.

Aux côtés des élus locaux (Franck Biéri, délégué du personnel, président de l’union locale ; Éric Schwamberger, élu CE et Pascal Lucas, responsable de section, président du syndicat de la métallurgie du Hainaut Cambrésis), il y avait trois représentants de la fédération de la métallurgie : son président, Gabriel Aréto, Jean-François Foucard, secrétaire national emploi et formation professionnelle, Me Hélène Hardi, juriste, ainsi qu’Anne Valleron, déléguée syndicale centrale de PSA.

Lire la suite

Partager cet article

Repost 0

Si l’on ne résiste pas au virus de la redistribution abusive : ce sera bientôt le prix du pain en fonction des revenus...

Publié le par UL Valenciennes

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

 

N° spécial Retraite complémentaire 26 Mars 2013

 

Le Comité Directeur de la CFE-CGC du 25 mars 2013 a décidé, à l’unanimité des fédérations, de ne pas signer le texte issu des négociations entre partenaires sociaux.

 

Le projet d’accord proposé à la signature amortit bien sûr quelque peu le déficit prévisionnel des régimes complémentaires à l’horizon 2017, mais il est à la fois non sécurisé et à visée limitée.

Il fait supporter tous les efforts aux actifs et aux retraités en continuant d’abaisser le niveau des retraites!

 

Il impose un sacrifice supplémentaire aux classes moyennes qui contribuent de plus en plus fortement aux efforts de solidarité !

 

A visée limitée, ce texte ne résoud en rien les déséquilibres de financement à moyen terme.

 

Prenons garde de voir remettre en cause nos fondamentaux, en particulier ceux des classes moyennes et de l’encadrement ! Car les mesures mises en oeuvre actuellement s’inscrivent dans une logique qui va nous conduire à devoir nous présenter à la boulangerie de quartier .. avec notre avis fiscal !

 

Si l’on ne résiste pas au virus de la redistribution abusive : ce sera bientôt le prix du pain en fonction des revenus...

 

Accéder au numéro spécial de Regard Croisés

Partager cet article

Repost 0

Congrès CFE-CGC de St Malo : Avancer Ensemble

Publié le par UL Valenciennes

 

Pour télécharger le projet de François Hommeril, Jean-Yves Hemery, Diégo Alarçon , c'est   ICI

 

 

http://ddata.over-blog.com/1/74/68/08/Capturer.JPG

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>